Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Financement des technologies propres

Quel rôle doit jouer le gouvernement?

Paru le | Catégorie: Développement écononomique

(LAG) En matière de technologies propres, le gouvernement devrait éviter de faire des investissements en capital de risque dans des entreprises qui sont déjà à un stade avancé, suggère une analyse de l’Université de Stanford que cite le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

 

« Au lieu de cela, si c'est la décision du gouvernement d'encourager le développement des technologies propres, les fonds publics devraient plutôt servir à la recherche et développement pour quelques technologies prometteuses qui, en raison de leur caractère trop novateur et, par le fait même, trop risqué, peuvent avoir de la difficulté à bénéficier d'un financement du secteur privé », résume le ministère.

 

Ce dernier souligne qu’il existe « un large éventail de prescriptions en matière de politique qui contribueraient à créer le marché et les infrastructures ».

 

À titre d’exemple, « au lieu de soutenir la commercialisation de technologies de pointe avec des investissements directs, le gouvernement pourrait appuyer les entreprises en garantissant des contrats d'approvisionnement à long terme et des prix compétitifs ».

 

Notons que le gouvernement du Québec définit les technologies propres comme des « produits, services et procédés servant à mesurer, à prévenir, à limiter, à réduire ou à corriger les atteintes à l'environnement, y compris ceux permettant d'économiser les ressources ou portant moins atteinte à l'environnement que leur contrepartie dans le marché ».

-30-

À lire aussi dans Développement écononomique