Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

Retour

Article du

Risques de blocages

Il faudra revoir le fonctionnement de l'Assemblée

Paru le | Catégorie: Affaires parlementaires LAG

Interrogé par les journalistes sur la suite du menu législatif, le leader du gouvernement, Jean-Marc Fournier, se montre prudent sur ses priorités. «La difficulté que j'ai, c'est que dans ces scénarios-là que je pourrais esquisser, il y a là-dedans des échanges que je dois avoir avec les partis d'opposition», dit-il.

 

Il a tout de même indiqué que «le projet de loi sur le cannabis, il serait difficilement imaginable que nous n'ayons pas terminé l'ouvrage». Par ailleurs, «il y en a d'autres pour lesquels il y a des sommes d'argent que le gouvernement peut aller chercher parce que la disposition serait adoptée. Alors, forcément, ça aussi, ça fait partie des projets de loi qu'on veut».

 

M. Fournier fait valoir qu'une nouvelle «difficulté» surgit en cette première expérience d'élections à date fixe. «Est-ce que la dernière session, précédant cette élection, ne sert plus à rien ou tout devient prétexte à bloquer, ou est-ce qu'on ne peut pas en faire une session où on apprend à être un peu plus efficace dans nos façons de faire?», questionne-t-il.

 

Le responsable des travaux parlementaires dit manquer de temps. Il doit faire des compromis pour ne pas subir de blocages des partis d'opposition au moment d'étudier les projets de loi en commissions parlementaires. «On fait des consultations. Pourquoi on fait des consultations comme on les fait, alors que ce n'est pas prévu dans le règlement? Parce que, si on ne le fait pas, il y a des motions qui commencent la commission avant l'article par article, et on ne commencera jamais l'article si on ne fait pas la consultation.»

 

Le leader du gouvernement souhaite des changements. «Si on a étudié beaucoup d'agences gouvernementales puis d'organisations, celle de l'Assemblée nationale mériterait qu'on lui fasse une bonne réingénierie en termes de temps passé à la délibération sereine et saine, amenant une décision. Mais, souvent, on est dans une délibération qui cherche simplement à étirer le temps pour que la décision ne vienne pas, puis qu'ensuite on puisse dire: Bien, il y a paralysie du gouvernement».

-30-

Autres articles du mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018

mardi 06 mars 2018