Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Message AU gouvernement

La FCCQ et le salaire minimum à 15 $

Paru le | Catégorie: Lobbying/groupes d'intérêt

(C.C.) Alors que la question du salaire horaire minimum à 15 $ revient dans l'actualité, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) rappelle que la croissance du salaire minimum, révisé annuellement, doit se faire en tenant compte de l'inflation et de l'évolution du salaire moyen.

 

À l'occasion de la hausse en 2018, portant le salaire minimum à 12 $/h, la FCCQ avait souligné que celle-ci était supérieure à l'inflation, soit 6,7 %. La FCCQ appuie la décision gouvernementale, en 2016, d'augmenter graduellement le salaire minimum jusqu'à ce qu'il atteigne 50 % du salaire moyen, en 2020.

 

« Les entreprises ont à cœur d'offrir de bonnes conditions de travail à leurs employés et le salaire fait partie de ces questions », souligne Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Cependant, c'est tout l'éventail des salaires dans le marché du travail qui subirait l'impact d'une hausse de 25 % et cela nuirait à la compétitivité des entreprises, notamment dans les secteurs de l'économie exposés à la concurrence étrangère comme le secteur manufacturier, l'agriculture ou les ressources naturelles. »

 

Le contexte actuel de pénurie de main-d'œuvre met déjà une pression à la hausse sur la rémunération, dans plusieurs secteurs, sans compter l'effet de sédimentation créé par les modifications aux normes du travail et la réforme du régime des rentes du Québec. « La marge de manœuvre financière des entreprises d'ici est constamment réduite alors que la concurrence est vive », commente Stéphane Forget.

 

Pour la FCCQ, il faut considérer l'ensemble des moyens à la disposition des gouvernements pour améliorer la condition de vie des travailleurs au salaire minimum. De plus, l'effet d'un bond du salaire minimum actuel à 12 $/h à un salaire horaire minimal de 15 $ ne serait pas le même sur un adulte chef de famille monoparentale, un étudiant et un travailleur expérimenté qui veut arrondir ses fins de mois.

 

« Dans chacune de ces situations, ce n'est pas le salaire minimum qui fait la différence sur le revenu disponible, mais bien les mesures fiscales et de soutien aux personnes à faible revenu », insiste Stéphane Forget. « Il est par ailleurs à craindre qu'un étudiant serait tenté d'abandonner ses études en considérant son revenu suffisant, au salaire minimum. À l'inverse, le contexte fiscal actuel pénaliserait encore davantage un travailleur expérimenté, qui ne verrait plus d'un bon œil de rester actif dans le marché du travail. »

 

La FCCQ encourage donc le gouvernement du Québec à poursuivre la hausse graduelle du salaire minimum en suivant la tendance adoptée précédemment, étant d'accord avec l'objectif mais recommandant la prudence sur la façon de faire. « Une hausse graduelle et prévisible du salaire minimal bonifie la capacité de payer des travailleurs à faible revenu et favorise une hausse de la consommation, sans provoquer un choc sur la compétitivité des entreprises québécoises », conclut Stéphane Forget.

-/-/-/-/-/-/-/-

Autres articles du mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019

mercredi 30 janvier 2019