(LCP) Le porte-parole du Parti québécois en matière d’enseignement supérieur, Sylvain Roy, réclame un mécanisme de compensation pour les parents en région qui doivent payer des loyers inoccupés en ville, car les cours de leurs enfants sont 100 % en ligne.

 

« Pour les étudiants des villes qui vivent chez leurs parents et qui étudient dans la même ville, pas de problème. Pour plusieurs familles des régions qui doivent payer un, deux et parfois trois loyers dans le vide, la situation est devenue intenable », soulève l’élu de Bonaventure en Gaspésie.

 

« Avec la pandémie et les cours à distance, cette injustice entre les régions et les grands centres devient encore plus grande. La bonification des prêts et bourses annoncée récemment n'est pas suffisante. Ce ne sont pas tous les étudiants qui ont accès à des ressources financières suffisantes », affirme-t-il.

 

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, indique que sa collègue à l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, « a annoncé des bonifications au régime d'aide financière pour aider les étudiants à faire face aux coûts supplémentaires qui nous viennent avec la COVID et la poursuite des études en enseignement supérieur ».

 

L’aide financière aux études au Québec, « c'est toujours perfectible », admet-il, mais « ça fait trois fois à l'intérieur de deux années qu'on améliore le programme […] qui était déjà le plus généreux au Canada ».

 

De plus, « on a aussi un comité qui est permanent, qui inclut des étudiants, et qu'on consulte régulièrement pour savoir de quelles façons on peut améliorer notre programme d'aide financière aux études pour répondre réellement aux besoins des élèves. Qu'ils soient dans une région éloignée, qu'ils soient en zone urbaine, ce n'est pas important pour nous. L'important, c'est que chaque étudiant ait un mécanisme qui lui permette d'aller au bout de ses rêves, de compléter son programme d'études et finalement de participer pleinement à l'économie et à la vie au Québec ».

-30-