Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

Retour

Article du

Selon un sondage sur l'école

Les Québécois ont les enseignants en estime

Paru le | Catégorie: Éducation, Loisir & Sport LAG

Le projet de société éducatif du Québec, progressiste et moderne, tel qu'imaginé par les bâtisseurs comme Paul Gérin-Lajoie pendant la Révolution tranquille, demeure bel et bien vivant, selon les conclusions d'un sondage Léger publié par la Fédération autonome de l'enseignement, un syndicat d'enseignant.

 

À 74 %, les Québécois affirment que l'école n'est pas un bien de consommation. De plus, 56 % croient que l'école publique assure mieux l'égalité des chances que l'école privée, qui récolte 27 %. Enfin, 68 % des Québécois croient que l'école publique assure mieux la mixité sociale que l'école privée, qui obtient 19 %. Le sondage Léger révèle que 62 % de la population croit que l'école publique offre autant de programmes intéressants que l'école privée.

 

Aussi, on croit à 63 % que les facteurs qui influencent le plus la réussite scolaire sont extérieurs à l'école. En effet, 44 % ont répondu que le milieu éducatif familial est le principal facteur d'influence, suivi de la relation maître-élève avec 24 %, puis du milieu socioéconomique avec 19 % et, enfin, de la personnalité de l'enfant avec 9 %.

 

Non seulement 88 % de la population québécoise fait confiance aux enseignants de l'école publique, mais 86 % croient que les professeurs de l'école publique sont aussi compétents que leurs collègues qui enseignent dans les écoles privées.

 

Par ailleurs, 89 % des personnes sondées croient qu'il faut mettre en place davantage de classes spécialisées pour les enfants ayant des troubles graves d'apprentissage ou de comportement. Aussi, 86 % estiment que les enseignants devraient être plus valorisés et reconnus comme les experts dans la classe. Face à la tâche enseignante de plus en plus lourde, 87 % des répondants estiment qu'il faut libérer les enseignants des tâches administratives pour qu'ils puissent se consacrer à l'enseignement.

 

Enfin, 88 % sont d'accord avec l'idée que, peu importe le gouvernement en place, il devrait garantir un financement stable, régulier, continu et prévisible aux écoles publiques, afin qu'elles puissent remplir leur mission. De plus, 61 % estiment que l'école privée mène une concurrence déloyale à l'école publique parce qu'elle sélectionne ses élèves ou en rejette en cours d'année. Ajoutons que 58 % croient que le gouvernement devrait mettre fin graduellement au financement public des écoles privées.

-30-

Autres articles du vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018