Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

Retour

Article du

Ce qu’ils ont dit :

Sur la consultation sur le racisme systémique

Paru le | Catégorie: Immigration, Inclusion

La ministre de l’Immigration, Kathleen Weil : Pourquoi est-ce que c’est important pour une société de mener une consultation de ce genre? Malgré des progrès ces dernières années, beaucoup de mesures que le gouvernement a mises en place, des mesures de mentorat, de subvention salariale, d’accompagnement, quoi qu’il en soit il reste encore des barrières, il reste encore des personnes qui sont exclues notamment du marché du travail.

 

Le taux de chômage est deux fois plus élevé chez les personnes issues de la diversité, première, deuxième, troisième générations. On a entendu en commission parlementaire, et d’ailleurs tous les députés ici l’ont entendu aussi : les gens sont exclus de par l’origine de leur nom. Il y a une étude de la Commission des droits de la personne qui le confirme, mieux vaut s’appeler Bélanger que Traoré.

 

Donc, pour être une société qui répond au défi démographique, des besoins de main-d’oeuvre partout — partout, toutes les régions du Québec sont confrontées par cette pénurie — il faut aller plus loin pour éliminer ces barrières et s’assurer que tous et chacun puisse contribuer. […]

 

Et pourquoi est-ce important d’avoir une consultation publique? Parce que les gens doivent être mobilisés, engagés envers ce projet commun. Le Québec est une société ni plus ni moins problématique au point de vue des barrières, mais on est une société qui souhaite être parmi les meilleures, et on a la capacité d’être parmi les meilleurs.

 

On cherche des talents des quatre coins du monde et on réussit de mieux en mieux grâce aux programmes qu’on a mis en place. Évidemment, la mobilisation exige que ça soit public, et donc cette consultation sera publique, elle est publique dans toutes ses formes, un forum où tous seront invités à participer. […]

 

J’ai eu l’occasion d’ailleurs de rencontrer beaucoup d’organismes, des employeurs dans les régions, avec mon collègue, le ministre de l’Emploi, et qu’est-ce qu’on constate? Il y a une pénurie aiguë, partout, dans toutes les régions, mais en même temps, alors qu’on recrute des talents, il y a des C.V. qui sont souvent laissés sur la table, sans qu’on convoque des entrevues, des rendez-vous pour rencontrer cette personne et c’est la confirmation de beaucoup d’entreprises, d’ailleurs.

 

Et les entreprises nous disent qu’elles veulent participer à cette consultation, parce qu’elles savent qu’il y a des meilleures pratiques. Elles savent que d’autres entreprises, d’autres collègues ont trouvé des solutions innovatrices. (Extrait du Journal des débats d’hier)

-/-/-/-/-/-

Autres articles du mercredi 04 octobre 2017

mercredi 04 octobre 2017

mercredi 04 octobre 2017

mercredi 04 octobre 2017

mercredi 04 octobre 2017

mercredi 04 octobre 2017