Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

SQ et décès par arme à feu

Un coroner vante les pansements hémostatiques

Paru le | Catégorie: Sécurité publique

(LAG) À la suite du décès de Brandon Maurice par un coup de feu tiré par un policier de la Sûreté du Québec, le coroner Luc Malouin recommande au corps de police de former ses policiers à l'utilisation des pansements hémostatiques et de les ajouter dans les équipements de premiers soins que l'on trouve dans les véhicules de patrouille.

 

Ce produit est utilisé lors d’une hémorragie interne, « spécialement lors du passage d’un projectile d’arme à feu », explique-t-il.

 

« Si le policier avait eu en sa possession ces pansements et qu’il avait été formé pour les appliquer, les chances de survie auraient été améliorées. En appliquant ce pansement, l’hémorragie aurait pu être contenue et diminuée, donnant ainsi du temps au personnel médical pour intervenir efficacement. »

 

De l’avis du coroner, il apparaît « très raisonnable » qu’un policier formé pour utiliser au besoin une arme à feu le soit aussi pour sauver des vies, comme c’est le cas en ce moment. « Les percées scientifiques des dernières années ont permis l’invention de ce type de pansement et son usage devrait quant à moi être répandu dans les forces de l’ordre », plaide-t-il.

 

Luc Malouin mentionne que les agents de la Gendarmerie royale du Canada ont d’ailleurs commencé à être formés pour utiliser ces pansements.

 

Rappelons qu’un règlement permettra dès la semaine prochaine à un policier à l’emploi d’un corps de police d’effectuer le paquetage de plaies à l’aide de pansements hémostatiques.

-30-

Autres articles du vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019

vendredi 08 mars 2019