Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Cancer et soins dentaires

Une nouvelle couverture pour les enfants

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

(LAG) Les enfants qui ont survécu à un cancer et qui vivent avec des séquelles buccodentaires auront accès gratuitement aux services buccodentaires requis, a annoncé la ministre de la Santé. Des services préventifs seront aussi couverts. Pour l'instant, ces soins sont aux frais des proches.
 

Les paramètres de ce nouveau programme seront précisés d'ici le 1er avril, a fait savoir Danielle McCann, « incluant la nature des services couverts, les critères d'admissibilité et les modalités de fonctionnement et de remboursement. Sa gestion sera assurée par le ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec les établissements pédiatriques du réseau de cancérologie du Québec ».

 

Initialement, ce programme prendra la forme d'un projet de démonstration pour les trois premières années, « ce qui permettra de réviser les modalités au besoin ».
 

Conséquences graves

Le cabinet de la ministre mentionne « qu'à la suite d'un diagnostic de cancer, les traitements de chimiothérapie, de radiothérapie et les chirurgies, lorsqu'ils sont effectués dans une période critique du développement buccofacial, peuvent avoir des conséquences graves sur la croissance faciale et sur la santé buccodentaire future de l'enfant ».

 

Il y environ 300 enfants qui reçoivent un diagnostic de cancer chaque année. « On estime que jusqu'à 15 % d'entre eux pourraient développer des séquelles buccodentaires complexes, qui nécessitent des traitements échelonnés sur plusieurs années, et que jusqu'à 35 % pourraient développer des séquelles buccodentaires moins complexes nécessitant des soins mineurs à modérés. »
 

Pour sa part, l'Ordre des dentistes se réjouit de la création de ce programme gouvernemental. « Cette intervention rapide de la ministre dans un dossier aussi important pour nos enfants est une reconnaissance claire de l'importance de la santé buccodentaire dans le développement général d'un enfant », a réagi son président, Barry Dolman.

 

C'est une bonne nouvelle, selon la Fédération des dentistes spécialistes. « Les cas de ces enfants, déjà éprouvés par un parcours de soins en oncologie, sont extrêmement complexes. Ils requièrent, pour être bien traités, l'accès à une expertise multidisciplinaire évitant de les fragiliser davantage. Nous offrons à la ministre l'entière collaboration de chacune des spécialités dentaires pour nourrir ses travaux », a indiqué sa présidente, Véronique Benhamou.

-30-

Autres articles du lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019

lundi 21 janvier 2019