Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Lignes électriques d'Hydro-Québec

« À un moment donné, il faut qu'on passe quelque part »

Paru le | Catégorie: Énergie

(LCP) À ceux qui reprochent à Hydro-Québec de défigurer le paysage par ses lignes électriques et de peu se soucier d'environnement, son président-directeur général rappelle que le mandat de la société d'État est de délivrer de l'électricité à tous les Québécois.

 

« La réalité c'est qu'à un moment donné, il faut qu'on passe quelque part », plaide Éric Martel, de passage en commission parlementaire durant l'étude des crédits à l'Assemblée nationale.

 

Quant à l'idée d'enfouir des lignes un peu partout sur le territoire et de faire payer l'ensemble des clients, c'est une très mauvaise idée, dit-il. « Si on commence à enfouir dans un endroit et qu'on demande à tout le Québec de payer, ça devient complètement irresponsable de notre part parce qu'à ce moment là, c'est le reste du Québec qui paie pour un bout d'enfouissement. »
 

Et « si on commence à le faire à un endroit, le reste du Québec va nous le demander et nos tarifs vont exploser », prévient le président-directeur général.
 

De plus, l'enfouissement de lignes électriques est plus dommageable sur le plan environnemental, affirme-t-il. « Quand on fait une ligne souterraine, il faut faire le déboisement quand même, mais en plus de ça, on creuse le sol et on va affecter les milieux humides. »
 

La députée Ruba Ghazal de Québec solidaire reprochait à la société d'État sa mauvaise gestion dans le dossier de la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard. Elle parle de « destruction » des paysages et de « saccages environnementaux importants ».

-30-

À lire aussi dans Énergie