Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

P.L. 44 : changements climatiques

L’opposition s’inquiète d’une centralisation des pouvoirs

Paru le | Catégorie: Environnement

(LCP) La nouvelle gouvernance dans la lutte aux changements climatiques annoncée par le gouvernement avec le dépôt du projet de loi 44 du ministre de l'Environnement, Benoit Charette, suscite plusieurs questionnements et inquiétudes, signalent tour à tour les groupes d’opposition.

 

Du « marketing », dit le PLQ

« Ça donne l’impression que c’est du marketing », pense Marie Montpetit, du Parti libéral du Québec. De plus, « le ministre centralise les pouvoirs dans ses mains », s’inquiète-t-elle. Le projet de loi « enlève des chiens de garde » et l’élue craint une « ingérence politique ». Elle ajoute que le ministre a été « incapable de dire quels projets seront financés avec son fonds de transition ».

 

D'après la députée, « c'est un ministre qui n'a pas été capable de démontrer encore en presque un an ni un gouvernement qui a été capable de démontrer qu'ils ont une réelle volonté de faire une différence au niveau de l'environnement, qu'ils ont une réelle volonté d'en faire une priorité. Alors, c'est d'autant plus inquiétant dans ce contexte-là d'avoir un ministre qui reprend des pouvoirs alors qu'on avait des structures qui s'en occupaient. Je pense que ça peut laisser place aussi définitivement à de l'ingérence politique et ça, ça devrait nous inquiéter fortement ».

 

« Un an plus tard, on a un gouvernement qui n'a toujours pas de plan », critique-t-elle. Elle remarque aussi qu’un comité consultatif existait déjà. « C'est le comité qui était en charge de conseiller le ministre pour la mise sur pied, entre autres, du plan de lutte contre les changements climatiques 2013‑2020. Donc, c'est un comité qui n'est pas nouveau. »

 

Changement de structures

Pour Ruba Ghazal de Québec solidaire, le projet de loi n’est que du « rebrassage de structures ». Sa formation réclame plus de pouvoir pour Transition Énergétique Québec, un organisme indépendant du politique. Mme Ghazal est aussi peu convaincue que le Fonds vert sera mieux géré, mais reconnaît qu’une réforme était nécessaire.

 

« Va falloir que le ministre travaille très, très fort pour nous convaincre que ça va être mieux géré, cet argent-là, par le ministère. Est-ce que c'est une bonne idée? Parce que le point le plus important pour le Fonds vert, c'est que ça soit géré de façon transparente, qu'il y ait une gouvernance saine et qu'il n'y ait pas d'ingérence politique. Parce que le Fonds vert, on se rappelle, c'est près de 2 milliards de dollars, c'est extrêmement important », dit l’élue solidaire.

 

C’est le ministre qui va faire l’arbitrage, croit Mme Ghazal. « Moi, ce que je vois, c'est que ça va être le politique qui va mettre les mains dedans, et ça, c'est très, très, très inquiétant. La question d'enlever la transparence et la neutralité, c'est extrêmement inquiétant. »

 

Mme Ghazal salue toutefois la mise sur pied d’un comité consultatif composé de scientifiques qui pourrait émettre des avis et des critiques.

 

Insuffisant, croit le PQ

C'est largement « insuffisant » quant au « respect des obligations climatiques », déplore Sylvain Gaudreault du Parti québécois, qui évoque des changements « cosmétiques ».

-30-

À lire aussi dans Environnement