Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Île d’Anticosti

Sylvain Gaudreault nous raconte son histoire

Paru le | Catégorie: Forêts/Faune/Parcs

(LCP) Ancien professeur en histoire, le porte-parole du PQ en matière d’environnement, le député Sylvain Gaudreault, a profité d’un débat au Salon bleu sur la préservation de l’île d’Anticosti pour raconter une partie de son histoire.

 

« Il y a un patrimoine historique unique qui évoque beaucoup sur le Québec du XIXe siècle, le Québec du début du XXe siècle, et c'est la période riche d'Henri Menier, bien, qui a donné le nom à Port-Menier. Port-Menier, ce n'est pas sorti d'une boîte de Cracker Jack, là, ça a un sens historique. […]

 

1895 arrive, et un riche Français excentrique s'appelant Henri Menier décide de sortir de Paris pour s'acheter un paradis. Pas fiscal, mais naturel. Henri Menier prenait la succession de son père pour gérer une compagnie extraordinaire qui s'appelait les chocolats Menier.

 

Alors, moi, je vous demande d'aller sur Google Images, de taper chocolats Menier, vous allez voir une série d'affiches très belles, très vintage, il y a des gens qui s'en commandent pour décorer, alors, les chocolats Menier qui était la propriété d'Henri Menier.

 

Et savez-vous quoi? Et c'est là qu'on tombe dans une interprétation intéressante de l'histoire du Québec, parce que c'est de la féodalité, XIXe siècle.

 

Henri Menier achète, à ses fins propres, l'île d'Anticosti en 1895 parce que, lui, il est riche en France puis il a un peu une vision du bon sauvage, vision idyllique de l'île d'Anticosti. Vous et moi, aujourd'hui, on serait mort de rire parce qu'il l'a payée 125 000 $ en 1895. Évidemment, en dollars constants, 125 000 $, c'est des millions à l'époque, mais ça vous montre à quel point Henri Menier était un homme d'envergure.

 

Et en 1895, donc, il achète l'île à des fins privées et il passe un acte notarié à Québec devant le notaire, le notaire William Noble Campbell. Alors, moi, je n'invente pas ça, là, ça vient du fameux livre de Charlie McCormick Anticosti. Et pour vous dire que c'est presque du Moyen Âge, il fait adopter un règlement de l'île d'Anticosti pour y vivre.

 

C'est une vie... c'est comme son domaine... pas comme, c'est son domaine privé avec des censitaires qui y vivent. Il fait construire un magnifique manoir dans lequel il met des meubles d'une beauté incroyable, un manoir en bois, qui, malheureusement, sera incendié volontairement en 1953 après une trentaine d'années de règne de la famille Menier.

 

Ensuite, ils ont quitté. Le manoir a été laissé à l'abandon. Je pourrai déposer un article... un autre article de la revue Saguenayensia dans laquelle il y a une photo du manoir. Écoutez, si on avait ça aujourd'hui, ça serait magnifique, si on pouvait le garder... si on l'avait gardé comme bâtiment historique.

 

Savez-vous par qui volontairement a été incendié ce manoir? L'industrie forestière, l'industrie forestière qui avait acheté pour 6 millions de dollars dans les années... fin des années 30, début des années 40, l'île d'Anticosti à la famille Menier pour faire de l'exploitation forestière. […]

 

À ce moment-là, l'industrie forestière avait dit : on n'en a rien à cirer d'un manoir, puis on va mettre le feu dedans. De là, la photo couverture de ce livre, Anticosti, où on voit le manoir brûler de flammes assez intenses tel l'enfer. Ils ont quand même été capables de sauver quelques meubles qu'on retrouve dans des musées aujourd'hui. »

-30-

À lire aussi dans Forêts/Faune/Parcs