Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Récalcitrants aux consignes

Risques pour les policiers et importance de la pression sociale

Paru le | Catégorie: Sécurité publique

(LCP) Le gouvernement annonçait la semaine dernière son intention de durcir le ton envers les personnes récalcitrantes qui ne respectent pas les consignes de santé publique durant la crise du coronavirus. Les policiers sont désormais invités à sévir plus vigoureusement pour mettre fin à des rassemblements, en imposant notamment des amendes.

 

« Tu vois, il y a toujours 5 %, dans la police on utilisait le 5 %, il y a toujours 5 % des gens qui prennent 95 % de notre énergie. Il y a des gens qui ne comprennent pas ou qui ne veulent pas s’adapter ou que pour d’autres cela ne les touche pas », observe l’adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et ancien policier, Ian Lafrenière.

 

Dans un contexte de virus, il faut également tenir compte du risque de contamination pour les policiers, dit-il. « Chaque fois que tu fais une intervention policière, tu mets des policiers à risque aussi. »

 

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lance d'ailleurs un message à la population à ce sujet. « Si vous présentez des symptômes et, bien sûr, si vous avez un test positif de COVID-19, donc, si vous êtes contaminés par le virus, soyez honnêtes, dites-le au policier avant qu'il y ait interaction », recommande-t-elle.

 

Pression sociale

Concernant les mesures de santé publique à respecter, son adjoint parlementaire « croit beaucoup à la pression sociale », à la pression du groupe, surtout dans un contexte où de nouvelles normes sociales surgissent de jour en jour.

 

« Notre réaction comme humain on est tous pareils, on va rétablir des bases, des normes, on va changer des choses qu’on faisait avant et qu’on ne fait plus », dit l’élu. Mais certains sont plus « inconscients » que d’autres.

 

« Je regarde dans les médias sociaux. C’est encore un outil qui est largement utilisé puis des fois les gens s’en permettent beaucoup plus sur les médias sociaux qu’ils s’en permettent en pleine face. Ils vont faire des commentaires en disant : ça n’a pas d’allure, je ne suis quand même pour rester chez nous et tu vois la pression populaire qui dit attend un peu : tu ne comprends pas que toi tu n’es pas malade, mais tu peux en infecter d’autres. »

 

Selon le député, « il y a un genre de régulation qui se fait présentement ». Il cite en exemple les consignes sur les services essentiels. « Il y en a qui sont plus insécures qui se disaient ça n’a pas d’allure ils vont tout fermer. C’est les gens sans même que j’intervienne qui répondaient : attends un peu là, utilise ton gros bon sens, penses-y. »

 

Ultimement, conclut Ian Lafrenière, « si la pression sociale fonctionne pas, les services policiers vont devoir se déplacer pour dire on met fin au rassemblement ».

-30-

À lire aussi dans Sécurité publique