Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Encadrement des chiens

Une municipalité pourra ordonner l’euthanasie

Paru le | Catégorie: Sécurité publique

(LCP) Le nouveau projet de règlement sur l’encadrement des chiens est soumis depuis hier à une période de consultation de 45 jours. La ministre de la Sécurité publique en a fait la présentation lors d’une déclaration au Salon bleu de l’Assemblée nationale.

 

« Celui-ci établira des normes pour encadrer la possession des chiens, des dispositions pénales, dont le montant des amendes, lorsqu'il y a infraction, les conditions d'inspection et de saisie ainsi que les pouvoirs qu'une municipalité peut exercer à l'égard d'un chien, de son propriétaire ou de son gardien », explique Geneviève Guilbault.

 

« Pour ce qui est des villes et municipalités, elles seront responsables de l'application du règlement, et certains pouvoirs leur seront confiés. Une municipalité pourra déclarer qu'un chien est potentiellement dangereux si son dossier répond à certains critères établis. »

 

Et dans le but d’éviter que le responsable d'un chien déménage pour se soustraire à ses obligations, une déclaration ou une ordonnance rendue par une municipalité s'appliquera partout dans la province.

 

« De plus, lorsqu'un chien aura mordu ou attaqué une personne, causant une blessure grave ou même la mort, la municipalité devra ordonner son euthanasie », mentionne la ministre.

 

Un propriétaire de chien devra obligatoirement enregistrer son animal auprès de sa municipalité et voir à ce qu'il porte en tout temps la médaille qui lui sera fournie. « Ils devront de plus s'assurer que, lorsqu'il est dans un endroit public, le chien sera toujours sous le contrôle d'une personne capable de le maîtriser. »

 

Concernant les chiens déclarés potentiellement dangereux, des mesures plus restrictives sont proposées. « Notamment, le propriétaire d'un tel animal devra s'assurer qu'il soit vacciné contre la rage, micropucé et stérilisé », prévient Geneviève Guilbault.

 

« De plus, il devra voir à ce que le chien ne puisse pas sortir des limites de son terrain et que, dans un endroit public, il porte en tout temps un licou ou une muselière panier, en plus d'être tenu au moyen d'une laisse. Bref, le règlement offre un meilleur encadrement pour l'ensemble des chiens, et non seulement pour les chiens dangereux. »

 

En ce qui concerne les médecins et les vétérinaires, « ils devront désormais signaler sans délai à la municipalité concernée le fait qu'un chien a infligé une blessure à une personne ou à un animal domestique. Ils auront aussi à préciser la nature et la gravité de la blessure », explique la ministre.

-30-

À lire aussi dans Sécurité publique