Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Infirmières et temps supplémentaire

On va respecter notre engagement!

Paru le | Catégorie: Message DU gouvernement

(C.C.) Le premier ministre, François Legault, à propos du temps supplémentaire obligatoire chez les infirmières :

« Je comprends très bien la situation actuelle des infirmières. On ne peut pas demander, humainement, à des personnes, à répétition, de faire du temps supplémentaire, ça devrait arriver de façon exceptionnelle. L'exception est devenue la règle au cours des dernières années.

 

Donc, on a pris l'engagement, durant la campagne électorale, que, sur la durée du mandat, il n'y aura plus de temps supplémentaire obligatoire. Évidemment, ça ne se règle pas du jour au lendemain. Déjà, dans le budget, on a accepté d'ajouter 200 millions de dollars d'argent neuf pour embaucher plus de personnel. La ministre de la Santé est en train de s'assurer qu'il y ait des postes permanents qui soient affichés.

 

On a mis aussi dans le budget des incitatifs pour que les infirmières qui étaient à la retraite reviennent. M. le Président, on ne peut pas régler tout à court terme, mais on a pris un engagement puis on va respecter cet engagement.

 

Mais il n'y a pas personne ici qui est capable de s'assurer que, demain matin, on n'aura plus besoin de temps supplémentaire. On a été pris, avec l'ancien gouvernement, dans une espèce de tourbillon, que, parce que les infirmières ne voulaient plus faire de temps supplémentaire obligatoire, elles ont refusé d'appliquer sur des postes.

 

Donc, on s'est retrouvés avec moins de personnel, plus de temps supplémentaire. Il faut renverser la vapeur. C'est ce qu'on est en train de faire. On va réussir à régler beaucoup de problèmes au cours des prochaines semaines. » (Extrait du Journal des débats, Période de questions d’hier)

-/-/-/-/-/-/-