(LCP) Le député libéral Pierre Arcand soutient que l’impact indésirable de la Loi visant à simplifier le processus d’établissement des tarifs de distribution d’électricité se fera bientôt sentir.

 

« On sait très bien qu'après avoir dit que, durant la dernière année, il y aurait un gel des tarifs, bien, j'aimerais rappeler aux Québécois qu'à partir de bientôt, là, ça commence. Ça commence, les augmentations », prédit l’ex-ministre de l’Énergie.

 

« Le gouvernement confirme de façon limpide que les tarifs d'électricité vont commencer à augmenter. On parle de 2 %. Ça va dépendre de l'inflation, mais 2 % pour les quatre prochaines années, c'est quand même assez significatif pour le portefeuille des Québécois », croit-il.

 

« Et si, demain matin, il devait y avoir de l'inflation, c'est maintenant inscrit dans la loi que si l'inflation, par malheur, devait aller à 2 %, 2,5 %, 3 %, et on sait qu'on est en pleine pandémie, on ne sait jamais ce qui peut arriver sur le plan économique, bien, les Québécois vont avoir... parce qu'on n'a pas gardé ces balises-là avec la Régie de l'énergie, les Québécois vont devoir comprendre que les augmentations de tarifs vont être particulièrement importantes », affirme l’élu.

 

« Et il n'y a aucune justification pour qu'on ait des tarifs qui augmentent, même au niveau de l'inflation », avance Pierre Arcand. « On se retrouve aujourd'hui, à la fin 2020 et au début 2021, que je sache, il n'y a pas de projet éolien, il n'y a pas de développement significatif de la part d'Hydro-Québec. »

 

Selon le député, « il est clair que, si ces gens-là étaient passés par la Régie de l'énergie, on se serait retrouvé avec des augmentations de tarifs à peu près du même ordre que ce qu'on a eu au cours des dernières années, 5/10 de 1 %, 7/10 de 1 %, 8/10 de 1 % ».

-30-