Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Les élus contre la COVID-19

Des besoins alimentaires dans Roberval

Paru le | Catégorie: Affaires parlementaires LAG

(LCP) Le Courrier parlementaire© a conversé avec la députée de Roberval, Nancy Guillemette de la Coalition avenir Québec, relativement à l’épidémie qui fait rage.

 

LCP : Comment en est la pandémie chez vous. Est-ce que vous avez beaucoup de cas de COVID-19 ou si vous êtes encore à l’abri ?

N.G. : On est l’une des régions les moins touchées. Il y a deux ou trois régions dont l’Abitibi et nous qui sommes les moins touchés. Donc, on est très content de ça.

 

LCP : À quoi attribuez-vous ce bon état de situation ?

N.G. : Je n’en ai aucune idée…. Je pense que c’est peut-être qu’il y a le Parc des Laurentides à traverser. Il y a peut-être moins de gens qui pendant la semaine de relâche sont allés en vacances à l’extérieur. Peut-être qu’ils sont allés ici et sont allés dans leur chalet. Je n’ai pas de statistiques là-dessus. Peut-être qu’on sera rattrapé plus tard aussi.

 

LCP : Avez-vous des besoins particuliers dans votre coin de pays ?

N.G. : Présentement, les besoins sont au niveau de nos organismes communautaires, surtout ceux qui sont en soutien alimentaire : les popotes roulantes. On sait que les organismes qui recueillent des denrées comme les « Moissons » reçoivent beaucoup habituellement des épiceries. Mais là, les épiceries ont moins de denrées qui deviennent périmées parce qu’elles vendent beaucoup plus. Une « Moisson » qui avait peut-être quatre, cinq palettes de nourriture va avoir une palette de nourritures. Cela fait, il y a un gros besoin au niveau des « Saint-Vincent-de-Paul » et de la sécurité alimentaire.

 

LCP : Comment pourrait-on la décrire votre circonscription ?

N.G. : Dans mon comté, j’ai deux MRC : Maria-Chapdeleine et Domaine-du-Roy. On est très bien structurés via nos organismes communautaires. On a une belle collaboration avec le CIUSSS. On a des comités qui se sont mis en branle avec le CIUSSS et les organismes communautaires pour voir à palier des besoins en hébergement, en transport. Le comté est grand. Ceux qui sont à une heure des grands centres en périphérie, bien, comment on soutient ces gens-là? On a une très, très belle mobilisation. Ça fonctionne très bien, malgré qu’on a plusieurs petites municipalités qui pourraient être impactées.

 

On a un enjeu par contre, c’est que chez nous ce n’est pas tout le monde qui a Internet. Ce n’est pas tout le monde qui a le lien cellulaire non plus. Donc en périphérie, il n’y a pas de cellulaire. Il y a beaucoup de choses qui se font par internet: les commandes pour l’épicerie, les pharmacies.

 

LCP : Avez-vous un message à livrer ?

N.G. : C’est ensemble qu’on va y arriver. Faut avoir confiance en ce qu’on est comme peuple, en l’humain. Et si l’on met tous l’épaule la roue on va tous y arriver. Ça va être juste moins long.

-30-

Autres articles du mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020

mercredi 01 avril 2020