Inscription

Pour ne rien manquer de L’Actualité gouvernementale, abonnez-vous dès maintenant à nos publications.

Retour

Article du

Réforme de la santé

Pas un échec, mais un manque de planification

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

Si vous ne le saviez pas, alors on vous apprend que la Protectrice du citoyen a conclu que la réforme Barrette, particulièrement en ce qui a trait au soutien à domicile, n’a pas encore donné les résultats escomptés. Marie Rinfret ne parle pas d’échec, mais fait savoir que le MSSS aurait pu mieux planifier sa réforme. La Protectrice demande au Ministère de préparer un plan rapidement pour corriger les problèmes d’accès dans les CHSLD depuis le resserrement des critères d’admission.

 

La rémunération des médecins a connu une augmentation de 2 milliards en quatre ans pour atteindre l’an dernier, 7,7 milliards $. Les spécialistes sont ceux qui ont connu les hausses les plus importantes, 46 % en quatre ans pour un coût total de presque 5 milliards $ l’an dernier.

 

Tout le monde s’entend que les «superinfirmières» peuvent jouer un rôle bien plus important dans les soins de première ligne. Malgré tout, leur place dans le système demeure précaire à bien des égards. Dans Le Soleil, l’éditorialiste, Brigitte Breton, pense que les discussions qui portent sur les responsabilités et le rôle des infirmières praticiennes spécialisées doivent non pas se faire seulement entre le Collège des médecins et l’Ordre des infirmières, mais inclure les superinfirmières. «Cela aiderait sûrement à convenir d’un règlement qui colle à la pratique des professionnels et aux besoins des patients. Le gouvernement pourrait aussi modifier la Loi sur les services de santé et des services sociaux.

 

De son côté, le président du Collège des médecins a voulu remettre les pendules à l’heure concernant les trois nouveaux pouvoirs que le ministre de la Santé demande de céder aux infirmières praticiennes spécialisées, les IPS. En ce qui touche le pouvoir de donner congé d’hospitalisation à un patient, le CMQ soutient que c’est au gouvernement de changer la Loi sur les services de santé, que ça ne relève pas des ordres professionnels. Quant aux demandes de consultation auprès des médecins spécialistes, les infirmières praticiennes le font déjà via des ententes de partenariat. Là où ça bloque, c’est la prise en charge de patients souffrant de certaines maladies chroniques par les IPS. Elles n’ont pas la compétence nécessaire, estime le Collège.

-30-

Autres articles du lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017

lundi 02 octobre 2017