(LAG) Les chiffres le démontrent : l'acquisition et le maintien du bilinguisme sont plus élevés chez les jeunes du Québec, révèle Statistique Canada.

 

« Parmi les jeunes Québécoises et Québécois âgés de 5 à 17 ans en 2006 qui n'étaient pas bilingues en 2006, plus de la moitié (55 %) l'étaient devenus 10 ans plus tard. En comparaison, 7 % des jeunes du même groupe d'âge au Canada hors Québec qui n'étaient pas bilingues en 2006 le sont devenus au cours de la même période. »

 

L’organisme gouvernemental constate aussi un taux de maintien du bilinguisme français-anglais plus élevé chez les jeunes du Québec qui étaient déjà bilingues en 2006.

 

« Ainsi, au Québec, la quasi-totalité (94 %) des jeunes qui étaient déjà bilingues en 2006 l'étaient toujours en 2016, y compris ceux qui avaient le français comme langue maternelle. »

 

Toutefois, au Canada hors Québec, « environ les deux tiers (65 %) des jeunes qui étaient bilingues en 2006 l'étaient toujours en 2016. Cette proportion était plus faible parmi ceux dont la langue maternelle était l'anglais (61 %) ou une langue autre que le français ou l'anglais (46 %) ».

 

Chez les adolescents âgés de 14 à 17 ans en 2006, on constate aussi des taux de maintien plus faibles au Canada hors Québec. « Dans ce groupe d'âge, 50 % des adolescents de langue maternelle anglaise qui étaient bilingues en 2006 l'étaient toujours 10 ans plus tard. »

 

Au Canada hors Québec, « les taux de maintien du bilinguisme français-anglais étaient également plus faibles parmi les jeunes dont les parents n'étaient pas bilingues et moins scolarisés, ceux qui vivaient dans une famille ayant des revenus moins élevés, et ceux qui vivaient dans une région ayant une faible concentration de francophones ».

-30-