Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (avec LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Message AU gouvernement

Sur la réforme OPTILAB

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

(C.C.) « L'APTS a maintes fois déploré que les considérations purement bureaucratiques prennent le dessus sur le gros bon sens et le facteur humain dans la réforme OPTILAB. Le MSSS en fait à nouveau la preuve, et cette fois de façon retentissante, en annonçant deux nouveaux investissements dans le béton au détriment d'une saine gestion axée sur l'efficience et sur le capital humain, comme nous le réclamons depuis trop longtemps dans ce dossier ».

 

Ainsi a réagi Carolle Dubé, présidente de l'APTS, en apprenant la décision du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de construire deux nouveaux laboratoires dans le cadre de la réforme OPTILAB (à Boisbriand et à Brossard). « On a placé nos technologistes médicales devant le fait accompli avec ces deux annonces et tous les inconvénients que cela suppose pour elles, s'insurge Carolle Dubé. Le manque de transparence, c'était la norme sous le règne libéral et, malheureusement, cette nouvelle décision s'inscrit dans cette triste lignée. C'est décevant, et nos membres sont en colère pour se retrouver encore une fois dans un tel scénario. »

 

C'est d'autant plus surprenant, a fait valoir la présidente de l'APTS, que la CAQ avait déjà demandé un moratoire concernant OPTILAB par le passé. Le premier ministre François Legault s'était lui-même clairement prononcé contre cette réforme durant la dernière campagne électorale. « On est contre le projet OPTILAB », déclarait-il alors à l'hebdomadaire Les deux rives, notamment à cause du transfert des emplois. Difficile d'être plus clair. La ministre McCann, par la voix de son attaché de presse, avait d'ailleurs récemment souligné que son cabinet était « en réflexion » sur ce dossier, ce qui laissait espérer des choix différents.

 

« Cette importante annonce donne toutefois à penser que cette réflexion est maintenant terminée et qu'à défaut d'un signal clair à l'effet contraire, son ministère a choisi d'aller de l'avant avec une réforme en tout point comparable à ce qu'elle était sous les libéraux, déplore Carolle Dubé. Une réforme du docteur Barrette et de son équipe qui leur avait valu une pétition de 20 000 signatures et une dénonciation en bonne et due forme du monde municipal québécois. À quoi bon changer de gouvernement, se diront tous ces gens, si c'est pour se retrouver avec les mêmes décisions qui ont déjà fait l'unanimité contre elles ? En est-on vraiment rendu à rejouer dans le même film ? »

 

L'APTS est d'autant plus outrée par cette annonce qu'elle est critiquable sur plusieurs plans, notamment au chapitre des coûts et de l'efficacité, si chers au gouvernement. « On nous a toujours dit qu'OPTILAB était un projet autofinancé. Cela étant, où seront prises les sommes encore inconnues nécessaires à ces nouvelles constructions? Dans des compressions de service ailleurs dans les autres laboratoires? Dans des réductions de postes supplémentaires? Dans le non-remplacement des employé·e·s? Quelqu'un au Ministère pourrait-il répondre à cette question? insiste Carolle Dubé. Nos technologistes médicales aimeraient bien le savoir, elles dont les emplois sont plus que jamais sur la sellette et qui craignent pour la qualité des services à la population. »

 

Pour un parti, dont le chef plaidait encore récemment la nécessité de réduire la bureaucratie, l'APTS s'explique mal le bien-fondé de ces projets. « On peine à solutionner toute la question de la gestion des laboratoires qui couvrent plusieurs régions et on vient en rajouter sur le tas en annonçant de nouvelles constructions. On fait carrément fi des lourdeurs administratives en santé que dénonçait âprement le premier ministre dans son discours inaugural, rappelle Carolle Dubé. Et les régions, dont il dit se soucier, vont payer un lourd tribut à cette réforme totalement insensible à leur réalité. On le lui a dit au Ministère, spécialement au sujet des transferts d'emploi? »

 

« Nous ne sommes pas contre une réforme des laboratoires, a tenu à préciser la présidente de l'APTS. Nous sommes contre la réforme actuelle et la façon dont elle est menée jusqu'à présent sur le terrain. Et on n'est pas les seuls, loin de là! Pour l'heure, ces deux annonces de la CAQ vont à l'encontre de ses engagements électoraux. Nous aimerions avoir l'heure juste et surtout l'occasion de faire entendre les solutions que nous avons à proposer, a vivement souhaité Carolle Dubé. L'écoute est une condition sine qua non pour le nouveau gouvernement s'il veut avoir une réforme qui ralliera tout le monde au lieu de se le mettre à dos. »

-/-/-/-/-/-/-

Autres articles du mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019

mercredi 20 mars 2019