(LCP) Les partis d’opposition s’attendent à ce que le projet de loi 66 concernant l'accélération de certains projets d'infrastructure ressorte bonifié de l’étude détaillée. D’ailleurs, le porte-parole Gaétan Barrette du Parti libéral indique qu'il déposera des amendements pendant l'étude article par article qui suivra l'adoption du principe pour tenter de bonifier le projet de loi.

 

Il réitère que ce n'est pas simplement une nouvelle mouture du P.L. 61 que la présidente du Conseil du trésor pilote, « c'est un désaveu de ce qu'avait fait le président du Conseil du trésor précédent ».

 

Pour le député de La Pinière, le P.L. 66 « c'est une variante de l'abus » que représentait le P.L. 61. C'est bien vrai, selon lui, quant au traitement réservé à l'environnement : « on commence les travaux, puis on va faire l'analyse pendant les travaux. Bien, voyons donc! C'est abusif. Ça ne fonctionne pas », proteste Gaétan Barrette.

 

« Je vais vous soumettre cette hypothèse-ci : est-ce que ça se pourrait qu'on fasse un projet de loi 66 en accéléré justement pour ne pas embaucher de façon permanente? On fait, ces projets-là puis, après ça, on n'en aura plus besoin », dit-il.

 

Pour Vincent Marissal de Québec solidaire, « la façon dont c'est présenté, c'est comme si c'était la seule façon de relancer l'économie et que ne pas adopter ce projet de loi là serait se mettre dans le chemin de la relance de l'économie », déplore le député de Rosemont.

 

« J'offre ma collaboration, la présidente du Conseil du trésor sait qu'elle peut compter sur ça. J'espère qu'on sera capables de s'entendre et j'espère surtout qu'à la fin on ne se retrouvera pas devant cette absurdité de mettre développement, économie, relance économique d'un bord puis protection de l'environnement de l'autre. Ça fait tellement longtemps qu'on le dit ici que ça va de pair puis que ça doit aller de pair, il est plus que temps qu'on joigne les actes à la parole », dit-il.

 

De son côté, Sylvain Gaudreault du Parti québécois déplore lui aussi le traitement qui est réservé aux standards environnementaux. Les projets à risque modérés seront traités comme des projets à risque faibles.

-30-