(LCP) À l'occasion de l'étude de ses crédits, la ministre des Relations canadiennes a expliqué le rôle du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes dans le gouvernement. « Un peu comme le ministère de la Justice, à un autre niveau, le secrétariat québécois aux relations canadiennes sert de support aux ministères sectoriels en santé, en agriculture en immigration nous sommes rarement les porteurs de ballons, mais on est là pour leur faire bénéficier de l'expertise du secrétariat, des stratégies de communication. »

 

La ministre Sonia LeBel indique cependant qu'elle est féroce sur le maintien des compétences du Québec face à Ottawa. La défense des compétences a des effets beaucoup plus pratiques qu'on peut le croire, affirme-t-elle.

 

La ministre dit qu'elle fait toujours pression auprès d'Ottawa pour obtenir pour le Québec le rapport d'impôt unique, mais elle reconnaît rencontrer une « très grande résistance ».

 

Le secrétariat s'occupe aussi d'aider à plaider la position des agriculteurs québécois quant à la brèche dans la gestion de l'offre consécutive à l'entente de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique.

 

À une question de la députée Kathleen Weil du Parti libéral, la ministre LeBel indique que « c'est le ministère des Relations internationales avec le ministère de l'Économie qui est en avant-plan dans ce dossier ».

 

Par ailleurs, « le ministère des Relations canadiennes est en support sur ce dossier. On met de la pression », dit la ministre. « M. Legault a rencontré à deux reprises M. Trudeau. Chaque fois ce sujet est venu sur la table. » La ministre dit avoir rencontré en janvier son homologue fédéral, le ministre Dominic LeBlanc.

 

Pour le reste, le SQRC au 28 février 2018 faisait travailler 63 employés. Son budget est de 14,1 millions $ soit 1 million $ de moins qu'en 2018-2019. Cette baisse est attribuable aux crédits du cabinet qui sont en diminution de 66 %. « Aucun programme du SQRC » n'a été aboli, précise la ministre.

-30-