Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Ventes au détail en mars

« Le recul le plus important jamais observé »

Paru le | Catégorie: Consommation

(LAG) Avec une baisse de 10 % en mars, les ventes au détail au pays ont chuté pour la première fois en cinq mois pour s'établir à 47,1 milliards $.

 

« Il s'agit du recul le plus important jamais observé et d'une diminution comparable à celle enregistrée aux États-Unis (-7,1 %) et dans d'autres pays touchés par la COVID-19 », signale Statistique Canada.

 

Au Québec, les ventes ont reculé de 15,7 %, alors qu’en Ontario, les ventes ont diminué de 9 %. Une baisse de 18,2 % a été observée dans la région métropolitaine de recensement de Montréal, le recul le plus important au Québec.

 

« En raison de la pandémie, de nombreux détaillants canadiens ont cessé leurs activités au milieu du mois et ont réduit les heures d'ouverture et le flux de la clientèle dans les magasins qui sont demeurés ouverts, ce qui a eu pour effet de changer les habitudes de magasinage des consommateurs », rappelle l’organisme fédéral.

 

Les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles, les magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires et les stations-service sont les entreprises les plus durement touchées, avec des reculs « sans précédent ».

 

En avril

Selon des résultats provisoires, les ventes au détail au Canada ont diminué de 15,6 % en avril. « En raison de la nature provisoire de ce chiffre, on s'attend à ce qu'il soit révisé. »

 

Épiceries

Une hausse « inégalée » des ventes a cependant été observée dans les magasins d'alimentation, avec une hausse de 22,8 % en mars. Aussi, « les ventes des magasins de produits de santé et de soins personnels ont augmenté de 4,6 % en mars, ce qui représente une cinquième hausse mensuelle consécutive et un niveau des ventes sans précédent ».

 

En ligne

Statistique Canada constate une tout autre réalité pour le commerce de détail en ligne. Sur une base non désaisonnalisée, les ventes ont atteint à 2,2 milliards $ en mars, ce qui représente 4,8 % des ventes totales du commerce de détail.

 

« Cette légère accélération de la vente du commerce électronique était atypique en mars et semblable à la tendance généralement observée au début de la période de magasinage des Fêtes annuelles. »

 

En comparant d'une année à l'autre, le commerce de détail électronique a connu une croissance de 40,4 %, alors que les ventes totales du commerce de détail non désaisonnalisées ont diminué de 9,6 %.

-30-

À lire aussi dans Consommation