Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Message AU gouvernement fédéral

Assurance-médicaments : régime mixte nécessaire

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

(C.C.) « Alors que la question de la création d'un régime national d'assurance médicaments est dans l'actualité à la suite du budget fédéral, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) rappelle l'importance de maintenir un système mixte avec un régime public et une couverture par des assureurs privés.

 

« De notre point de vue, il est préférable d'avoir un système public-privé qui garantira la prévisibilité des coûts et la pérennité des régimes », explique Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. Un tel modèle a aussi l'avantage de permettre la mutualisation des coûts des traitements novateurs et l'amélioration des traitements, sans alourdir la facture des contribuables et des entreprises.

 

Un sondage mené par la FCCQ entre le 5 novembre et le 3 décembre 2018 auprès d'entreprises membres de son réseau révèle qu'une vaste majorité d'employeurs tiennent à offrir une assurance médicaments privée à leurs employés et leur famille. Soulignons également qu'un régime d'assurance médicament fait partie des outils d'attraction et de rétention de la main-d'œuvre.

 

Les résultats démontrent aussi que la vaste majorité des employeurs sondés qui proposent un régime d'assurance médicaments à leurs employés a maintenu (74 %) ou bonifié (10 %) son régime d'assurance médicaments au cours des dernières années. Lorsqu'ils font des prévisions, ce sont 88 % de ceux-ci disent vouloir maintenir ou bonifier le régime proposé à leurs employés.

 

Innovation et accessibilité 


Forte de ces résultats, la FCCQ demande au gouvernement fédéral de veiller à ce que les coûts restent prévisibles et abordables, tant pour les entreprises que les contribuables. La FCCQ est en accord la volonté du gouvernement fédéral d'assurer un accès abordable et équitable pour tous les Canadiens à un régime d'assurance médicaments, visant à combler les écarts en matière d'accessibilité et de remboursement, notamment pour ceux qui n'ont pas accès à une couverture d'assurance médicament ou pour qui l'achat des médicaments représente un enjeu financier.

 

Dans cette optique, la FCCQ souligne qu'un régime national visant seulement à réduire le coût des médicaments risquerait de restreindre l'accès aux traitements de pointe et d'avoir des répercussions sur les capacités de recherche et de développement, les sciences de la vie et l'accès des patients aux nouveaux médicaments.

 

Pas nécessaire de recommencer à zéro

Le régime québécois d'assurance médicaments peut certes être encore meilleur, ayant su s'inscrire en complément des régimes privés tout en assurant une couverture adéquate pour les clientèles ciblées et ce, depuis maintenant 22 ans. Dans l'éventualité où le Québec se retire de la proposition canadienne, les fonds obtenus de la compensation devrait être réinvestis dans le secteur de la santé pour améliorer les soins à la population.

 

« Le gouvernement canadien doit tenir compte de ce que pensent les employeurs et la priorité devrait être d'assurer la couverture requise à tous les Canadiens, de réduire les délais d'attente à la couverture des médicaments et de veiller à un accès équitable, tout en continuant de favoriser l'innovation afin de garantir que les Canadiens aient accès à des soins de première qualité », conclut Stéphane Forget. »

-/-/-/-/-/-/-/-

À lire aussi dans Santé & Services sociaux LAG