(LCP) Dans le cadre de l'étude du projet de loi 9 sur l'intégration des personnes immigrantes aux besoins du marché du travail, la FTQ invite le gouvernement à porter une attention particulière aux droits des travailleuses et travailleurs immigrants afin que ces derniers ne deviennent pas des salariés de seconde zone.

 

« Le gouvernement doit garantir à ces nouveaux résidents le droit de bénéficier de façon pleine et entière des dispositions du Code de travail et des normes québécoises du travail lorsqu'ils sont accueillis dans une entreprise. Ça veut dire entre autres avoir les mêmes conditions salariales et d'exercice d'emploi que leurs consœurs et confrères de travail. Plus de flexibilité oui, mais pas à l'encontre des droits des travailleurs et travailleuses », déclare le président Daniel Boyer.

 

Par ailleurs, la FTQ est en accord avec l'idée du ministre responsable du dossier de l'immigration, Simon Jolin-Barette, d'imposer des conditions d'embauche des nouveaux arrivants en obligeant entre autres les employeurs à fournir sur les lieux de travail des locaux pour faire de la francisation et de libérer les employés pour suivre des cours de francisation afin de favoriser leur intégration.

-30-