Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Détresse psychologique des étudiants

Le ministre agira de concert avec le milieu

Paru le | Catégorie: Enseignement supérieur LAG

(LCP) Le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, juge « troublant » un rapport de l'Union étudiante du Québec démontrant un niveau élevé de détresse psychologique chez les étudiants universitaires. Il souhaite des « solutions pérennes » et « avoir des ressources » pour « mieux outiller nos campus », régler l’état de crise et les prévenir.

 

« Donc, maintenant que l'état des lieux est connu, qu'on connaît la gravité de la crise, certainement qu'on va agir, qu'on va agir avec nos partenaires du milieu universitaire, mais aussi dans le milieu collégial, parce que c'est quelque chose qui touche l'ensemble de l'enseignement supérieur », dit le ministre.

 

L'enquête panquébécoise réalisée par l’association étudiante auprès de 24 000 étudiants révèle que 58 % de la population étudiante universitaire présente un niveau élevé de détresse psychologique. Le ministre affirme qu’il comprend qu’il y a des problèmes et qu’ils sont répandus. « Maintenant, on va se mettre au travail », soutient-il. À ses yeux, « c'est certain qu'on va y arriver en s'appuyant sur les travaux de ma collègue, la ministre de la Santé, qui a déjà déblayé le travail de belle façon, et je vous dis qu'on va travailler main dans la main pour passer à travers cette crise sociale », poursuit-il.

 

Le ministre parle de « leviers » comme « réduire la solitude, améliorer le soutien entre collègues, réduire la précarité financière, améliorer les habitudes de vie ». Mais le gouvernement peut améliorer « le soutien aux universités pour permettre d'avoir des services d'aide qui soient rapides », ajoute-t-il.

 

Une motion a aussi été adoptée à l'unanimité à l'Assemblée nationale afin de demander au gouvernement « de prendre les mesures nécessaires dans les plus brefs délais pour améliorer la santé psychologique étudiante afin de permettre aux établissements d'enseignement supérieur de mettre en place des plans d'action visant à améliorer la santé psychologique étudiante, notamment en améliorant leurs conditions d'études ».

 

Opposition mobilisée

Plus tôt, l’opposition a donné son appui à l'Union étudiante du Québec, qui réclame dans son rapport la mise en place d’une politique d’amélioration de la santé psychologique étudiante.

 

La députée libérale Marwah Rizqy exige un plan d’action. Selon elle, les longs délais pour obtenir de l’aide dans le réseau universitaire, notamment auprès d’un psychologue, devraient être la priorité du gouvernement.

 

Il faut « donner un coup de barre pour renverser la tendance », selon le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, qui juge que les étudiants sont « en train de péter au frette ».

 

Méganne Perry Mélançon, députée du PQ, estime que le gouvernement dispose de tous les pouvoirs nécessaires pour traiter de ces enjeux « alarmants ».

-30-

Autres articles du mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019

mercredi 20 novembre 2019