Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Réinvestir ou pas dans Bombardier?

Le ministre de l’Économie précise sa pensée

Paru le | Catégorie: Développement écononomique

(LCP) Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, précise sa pensée sur la situation du secteur de l’aérospatiale au Québec, incluant le cas particulier de Bombardier :

 

« Je pense que l'industrie aérospatiale requiert l'assistance du gouvernement dans certaines situations et pour tous les joueurs impliqués.

 

La seule chose que j'ai mentionnée, c'est que, s'il y avait, à un moment donné, un programme avec des investisseurs étrangers qui viendraient ici au Québec pour aider à promouvoir notre grappe industrielle, on a quand même 40 000 personnes. On a 20 000 personnes qu'on va devoir réengager dans les prochains 10 ans à cause des retraites.

 

C'est important de bonifier cette grappe-là et c'est important que le gouvernement joue un rôle important pour s'impliquer où ça va être requis. Il n'y a pas eu de promesse à Bombardier. Il n'y a pas de demande qui est faite à notre gouvernement, et à ce stade-ci je suis en mode de comprendre quels sont les enjeux pour s'assurer qu'on ait une grappe qui soit solide dans les prochaines années (…).

 

Série C et bonis chez Bombardier

Je n'ai pas voulu critiquer le gouvernement précédent. J'ai dit que l'arrivée d'Airbus au capital de la coentreprise avec le gouvernement et avec Bombardier était non seulement intéressante, était requise, sinon l'avion ne volerait pas aujourd'hui.

 

Ce que j'ai dit, c'est que la structure de la transaction aurait pu être différente, et la question de la rémunération des cadres n'est pas pertinente aujourd'hui parce que nous sommes un actionnaire d'une coentreprise et, au niveau de la rémunération des cadres, on a un conseil d'administration et des actionnaires, et nous ne sommes pas là.

 

Alors, je pense qu'il ne faut pas mélanger les dossiers. Et, dans le futur, si on peut encore intervenir dans des dossiers qui sont porteurs pour l'industrie aérospatiale, nous allons le faire encore une fois.

 

Je comprends très bien la population du Québec d'être choquée de la bonification. Ce que je mentionne, c'est qu'il y a deux dossiers qui sont séparés. Nous n'avons pas d'influence sur la rémunération, parce que nous sommes encore une fois actionnaires de la coentreprise.

 

Pertes d’emplois chez Bombardier

Ceci étant dit, tous les enjeux sociaux qui touchent Bombardier me touchent énormément. La première, les employés qui vont pratiquement perdre leurs emplois. Nous avons tout mis en place pour légiférer ça. Deuxièmement, j'ai eu des discussions avec M. (Alain) Bellemare pour prévoir quelles seraient les prochaines étapes d'une restructuration et quel moment donné on pourra être impliqués. Les enjeux sociaux qui sont mentionnés aujourd'hui sont très importants, et il faut comprendre le cadre dans lequel nous pouvons influencer et avoir de l'autorité. »

(Extrait des transcriptions de l’Assemblée nationale, 29 novembre 2018)

-30-

Autres articles du lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018

lundi 03 décembre 2018