(LCP) « Ça s’est passé dans une ambiance extraordinaire », a dit la ministre responsable des Aînés et des proches aidants au moment de clore l’étude détaillée du projet de loi 56 visant à reconnaître et à soutenir les personnes proches aidantes. Marguerite Blais n’a pas manqué de remercier les proches aidants pour leur aide dans le parcours qui a mené à la présentation de sa pièce législative.

 

Elle a cependant eu un mot chaleureux pour la comédienne Chloé Sainte-Marie, bien connu pour avoir assisté son conjoint le cinéaste Gilles Carle jusqu’au dernier moment de sa vie. « C’est Chloé Sainte-Marie qui à une époque m’a poussé dans le dos énormément quand on ne parlait pas de proches aidants, qui m’a poussé pour que le gouvernement puisse investir des sommes dans les proches aidants ». « Chloé a été ma muse en quelque sorte. Elle est encore ma muse. »

 

« C’était pour mon mari, mais c’est devenu pour les tous les proches aidants », a aussi déclaré avec émotion la ministre qui, il y a quelques années, a aussi été la proche aidante de son propre compagnon.

 

Les dernières heures de l’étude article par article ont été consacrées à l’adoption de l’Observatoire québécois de la proche aidance, de l’obligation de présentation de la politique et du plan d’action. Le projet de loi entrera en vigueur le jour de sa sanction.

 

« On a fait un bon travail. Je voudrais saluer l’ouverture de la ministre et des gens qui l’accompagne pour trouver des solutions, les bons amendements pour essayer de répondre à nos préoccupations », a déclaré le député Harold LeBel du Parti québécois.

 

Pour Christine Labrie de Québec solidaire, la ministre a raison d’être émue parce que c’est un bel héritage ce projet de loi. « J’ai l’impression qu’on vient d’adopter un projet de loi du 21e siècle en incluant des principes de parité, la présence des communautés autochtones. C’est rare qu’on fait ça comme ça », dit-elle.

 

Monique Sauvé du Parti libéral avait le souci qu’on puisse travailler de façon constructive pour les proches aidants. L’élue sera aux aguets pour la politique et les plans d’action à venir. « On a joué le rôle qu’on avait à jouer comme la reconnaissance des droits, le plan d’accompagnement pour les proches aidants et la reconnaissance de l’appui dans l’article 43. »

-30-